Revenir à Sophrologue – Julien Quesnoy

Qui est Julien ?

 

Lors de ma vie professionnelle, j’ai eu l’occasion de beaucoup voyager à travers le monde et de vivre des expériences ainsi que des aventures hors normes. Ces voyages mon permis d’apprendre sur moi même ainsi que sur l’être humain en général.

J’ai suivis une formation de deux ans et demi à l’institut de sophrologie de Rennes qui est une des écoles qui compose la FEPS.

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours était curieux, en recherche de nouvelles expériences, de nouvelles sensations (plus ou moins fortes).

Depuis l’adolescence, j’ai toujours pensé que la médecine était quelque chose d’extraordinaire. Une science qui allait permettre à l’être humain de vivre toujours plus longtemps et d’aller toujours mieux.
Pratiquant de sport de façon intensive depuis de nombreuses années, en 1999 je me suis retrouvé dans l’incapacité de continuer à m’entraîner. Atteint de douleurs vives au niveau de l’épaule droite, j’ai passé toute une batterie d’examens, IRM, radiographie, scanner se sont enchaînés jusqu’à la terrible nouvelle. Lors d’un rendez-vous avec un médecin spécialiste de ce genre de pathologie, je tombais de haut. Mon épaule n’avait strictement rien, elle était parfaitement saine. Mais alors pourquoi ?: « Ça arrive » fût son diagnostic et son traitement « buvez et prenez du repos… ». Pas besoin d’avoir suivi de grandes études pour en arriver à cette conclusion. Mais faute de mieux je m’exécutais.
Les mois passèrent et les douleurs ne disparaissaient pas. Jusqu’à ma rencontre lors d’une réunion de famille avec une personne qui pratiquait une autre forme de thérapie. Il repéra dès notre première rencontre que j’avais un souci avec mon épaule et me proposa de regarder. N’ayant rien à perdre, je le laissais pratiquer une forme d’étirement suivi d’une « reprogrammation de mes fonctions ». Bref, le lendemain mes douleurs avaient complètement disparues et je pouvais bouger mon épaule sans problème. Je découvris alors qu’il y avait d’autres façons de prendre soin de soi.

Quelques années plus tard, en 2001 lors d’un stage à l’E.I.S (École Interarmées des Sports) je découvrais lors de quelques séances le T.O.P (techniques d’optimisation du potentiel). Le T.O.P ayant était créé pour répondre aux besoins des armées en termes de préparation psychique reprend, entre autre, des techniques de respiration destinées à la relaxation et à la gestion du sommeil, des techniques de visualisation pour la préparation aux opérations, des techniques de concentration.

À partir de cette époque, je voulais en savoir plus et je commençais alors à me documenter et à expérimenter des séances mêlant exercices de respiration et de concentration. La sophrologie n’était plus très loin…
C’est en 2008 alors que je recherchais un livre sur les assouplissements (aucun rapport) que j’ai découvert par hasard un ouvrage traitant de la sophrologie. Après l’avoir feuilleté, je décidais de l’acheter. L’aventure sophrologie pouvait alors commencer.
Même si je ne comprenais pas toujours les termes employés dans ce livre, je constatais une chose avec certitude «  cela me  faisait du bien » et une idée a alors commencé à germer dans mon esprit. « si ça marche sur moi, est ce que ça marche sur les autres ? ». « Mais qui est ce sophrologue et quel est son rôle exactement ? ».
Je n’avais évidemment pas toutes les réponses quand je suis allé la première fois à l’Institut de sophrologie de Rennes pour mon entretien avec Pascal Gautier et je crois que même si j’ai beaucoup appris à cette époque, des questions subsistaient. Mais n’est-ce pas une des caractéristiques des sophrologues de se poser des questions pour continuer à apprendre et à se remettre en question ?

Sophrologue, je considère que mon métier consiste à accompagner les personnes au mieux de mes capacités dans la direction de vie qu’ils choisissent. Il est important pour moi de transmettre aux sophronisants les techniques de sophrologie afin de les rendre autonomes dans leurs pratiques.